Nous découvrir

Membres

Albums

Articles et tutoriels

 

Reconstitutions

Miliciens des Fossés

Hospitaliers de Saint-Jean de Jerusalem

Equitatus

 
Agenda
 
 
Les images et les textes de ce site sont régis par le Code de la Propriété Intellectuelle . A ce titre ils ne peuvent être reproduits sans l'accord de l'association et de leurs auteurs.
 
 
 
 
 
 
 
 
La Marche du Tour du Buisson
(lien vers l'album en bas de page)

16 juin 2007

Ce projet a été lancé par Warulfe Garoux, président de la Geste de Hurepoix avec pour objectif de tester le matériel et la condition physique des participants dans le contexte d'une marche se voulant d'abord destinées aux hommes en armes. Le projet est appuyé sur le traité de Végèce .

En ce qui nous concerne l'association des Guerriers du Moyen-Age, nous avons tenté d'aborder cette expérimentation sous l'angle d'une marche en autonomie au plus proche du réel. A quatre, cela supposait de répartir l'équipement en fonction des statuts sociaux, mais aussi les provisions.

Nous étions donc 3 fantassins légers XIIIeme et un fantassin lourd XIIIeme. Les charges et le matériel se sont répartis de la manière suivante :

En ce qui concerne le fantassin lourd :

- gambison : 4kg
- Haubergeon : 16 kg
- épée + baudrier/fourreau : 2kg
- Musette avec nourriture + écuelle + couteau + nécessaire à feu + godet : 1kg
- gourde en terre pleine : 2kg
- toile d'abri : 2kg
- chapel : 2,5 kg
- bouclier bois et cuir 100 x 60 : 5kg

-------------------------------------------------
Soit 34,5 kg

Ce qui donne un piéton de 118kg en ordre de marche.

Deux piétons en gambison seul et chapel avec arme d'hast dont 1 avec épée et arme d'hast (lance 1 tranchant et lance standard). Un emport supplémentaire d'eau pour l'un, juste un hast pour l'autre.


Un piéton léger en tunique avec une fourche ferrée et chapel. Un emport supplémentaire de nourriture (un jambon entier...enfin moins ce que l'on mange dessus...).
Il manquait une hache à usage d'outil et aussi d'arme qui aurait pu être portée par le piéton avec gambi et hast seuls par exemple.

Les forts dénivelés ont mis le physique à rude épreuve, surtout quand on commence par une course de 300 m en montée pour enchaîner sur 100 marches à fort dénivelé. La montée finale vers la tour après cet effort a été très dure, surtout pour le piéton lourd. A cet instant le haubert enserre la poitrine et participe à l'anoxie. Les sangles des divers matériels (bouclier, gourde, abri,...) finissent par cisailler, gêner au point de ne plus savoir comment organiser son paquetage ! Dans ces conditions on espère que chaque virage sera le dernier (mais en fait c'est toujours faux...).

Le repas était NECESSAIRE après cet effort intense et long. Nous avons essayé respecter l'usage d'une nourriture compatible avec l'expérimentation :

- pommes
- oignons
- viande séchée (jambon sec,...etc)
- pain

 

Le dernier petit tour a été un tour de refroidissement après cet effort intense. Pour " se finir" et pour la beauté du geste nous avons été quelques uns à terminer les 800 derniers mètres en courant et en chantant pour se donner du courage (objectif atteint à 100% pour le finissage !) .

Les chaussures histo "maison" en cousu retourné ont parfaitement tenu le coup dans la boue, le sable, l'eau, la terre, les cailloux et les rochers. Par contre cela devenait pénible sur les terrains "durs" qui le plus souvent étaient modernes (chemins empierrés de ballast par exemple). Sur les terrains naturels cela ne pose aucun problème de marcher intensivement et "chargé" avec ces chaussures.

Voici les conclusions techniques de l'organisateur (tirées du forum public de la troupe) :

"Tous les participants étaient prêts pour débuter la marche à 10h05.
Le premier circuit consistait à un tour de 3 km avec des petites montées, des petites descentes se succédant de manières régulières, avec des passages de sentiers très peu délimités et des obstacles (arbres couchés à enjamber, buissons, taillis et rochers rapprochés ne facilitant pas le passage etc…)
Fin du 1er circuit à 10h55 avec 2 pauses de 5minutes. Soit 45 minutes pour couvrir 3 km
Grosse pause de 30 minutes pour une petite restauration.


Départ de la seconde marche à 11h25.
Ce parcours moins technique dans sa continuité comportait 2 difficultés majeures.
La première après 10 minutes de marche, une petite course de 300 mètres se terminant en haut d’un monticule d’une vingtaine de mètre à fort dénivelé.
La seconde étant les 100 marches : un fort dénivelé de 50 mètres, comportant si l’on en croit son surnom 100 marches, entrecoupé de passage en terre de manière irrégulière.
Entre ces 2 difficultés, nous avons accidentellement rallongé la marche d’un km en prenant un passage se situant entre un champ d’orge et la lisière du bois.
12h35 pause photos, petit exercice de tir et repas à la tour du télégraphe.
Après vérification, je n’en revient pas : les 5km ont été couvert en 1h10.


Reprise de la marche à 14h25, descente aux voitures pour déposer les restes du repas. Les 2 km de descente ont été couverts en 20 minutes.
Nous avions décidé pour ne pas finir si tôt, de refaire une partie du 2ème parcours qui nous avait amené par hasard à la lisière de ce champ. Nous sommes donc repartis pour un allé retour des voitures, à la sortie de ce champ qui donne sur une vanne. L’allé retour s’est effectué en 1h30 pour couvrir 6 km dont une pose photo à la sortie de ce champ de 15 minutes environ.
La totalité de la distance parcouru est 14 km.


La totalité des temps de pause
2 fois 5 minutes pour le premier tour
1 pause de 30 minutes entre les deux tours.
1h50 pour au télégraphe pour les pauses photos, tir et repas.
15 minutes pour les photos à la sortie du champ.
Soit 2h45 de pause.
Pour la marche, je suis agréablement surpris. Les 14 km ont été couverts en 3h10 de marche pure, soit 4,5 km/h de moyenne
."


Nous attendons avec impatience la prochaine édition pour un nouveau test en costumes et avec l'équipement !

 

Voir l'album de photos complet