Nous découvrir

Membres

Albums

Articles et tutoriels

 

Reconstitutions

Miliciens des Fossés

Hospitaliers de Saint-Jean de Jerusalem

Equitatus

 
Agenda
 
 
Les images et les textes de ce site sont régis par le Code de la Propriété Intellectuelle . A ce titre ils ne peuvent être reproduits sans l'accord de l'association et de leurs auteurs.
 
 
 
 
 
 
 
 
Réalisation d’une paire de socques XIIeme ou XIIIeme siècle
 

Mise à jour du 4 décembre 2009 : nouvelle vue de Vézelay

Que sont les socques ?

Les socques sont des semelles de bois que l’on fixe à ses chaussures usuelles au moyen de sangles. Elles permettent ainsi de limiter l’usure des semelles, de s’isoler de l’humidité et du froid. Elles constituent donc un accessoire de confort avant tout utilitaire.
On en trouve globalement assez peu de représentations dans l’iconographie et la statuaire.

Pour cette réalisation je me suis basé sur la statuaire de l’église de Vézelay qui montre 3 personnages portant des socques de hauteurs différentes.
La première vue laissait supposer que ces personnages étaient ddes bergers. Une vue sous un autre angle dévoile qu'il s'agirait en fait d'arméniens évangélisé par Saint Barthélémy. De plus ils on plus un aspect de guerriers que de bergers...


Eglise de Vezelay XIIeme

 

socques

 

Socques XIIIeme

 

 

 


L’ouvrage « shoes and pattens » (chaussures et socques) propose plusieurs pièces de fouille.
Globalement on remarque qu'au XIIeme et au XIIIeme les patènes ont la forme plutôt ubiquiste. Elles sont en une seule partie, épousent le contour du pied et peuvent être légèrement pointues.
La semelle de bois comporte deux « tampons » au niveau des appuis du pied. L’un est situé sous le talon, l’autre est situé à l’avant du pied.
Visiblement il n'y a pas de sangles au niveau talon, mais seulement au niveau du coup de pied.

J’ai retenu pour ces réalisations une hauteur de 5 cm environ qui reste crédible au regard des sources et permette d’éviter de se tordre les chevilles…
Le bois utilisé sur ces modèles est du chêne.

Ce dont vous avez besoin :

  • Une planche de chêne ou de bois assez dur.
  • Des gros clous de charpente ou des clous de forge (une bonne douzaine).
  • D u cuir de 2mm environ pour les lanières.
  • Scie, cutter, crayon de bois, maillet, ciseau à bois, quelques punaises, du fil de lin poissé, une aiguille à bout rond pour le cuir, de l’huile de lin, un pinceau.

 

Etape 1 :
Prendre l’emprunte de ses pieds sur le bois. Attention à tenir le crayon verticalement. On prendra soin de dessiner l’empreinte dans le biais du fil du bois. Cela vous évitera des problèmes de fentes difficiles à solutionner !

Etape 2 :
Découper les formes ainsi obtenues en passant à l’extérieur du trait. Repérez la socque gauche et la droite. Vérifiez une dernière fois que vos chaussures correspondent aux formes découpées avant de poursuivre.

Etape 3 :
Repérez les zones de découpes sous le pied et à l’avant du pied. Le repérage doit se faire sur les côté et sous la semelle.

 

Etape 4 : Le dégraissage
Faites des traits de scie de la profondeur de votre découpe et d’une largeur d’environ 15mm. Attention à bien scier à plat pour avoir la même profondeur partout. Attention à ne pas aller trop loin en profondeur notamment sur les bords !

 
 

 

Une fois les traits de scie effectués on dégraisse au ciseau à bois. Cela se fait très facilement en plaçant la lame du ciseau dans le sens du fil. Faites sauter des petits carrés de bois à coups de maillet.

 
 


La pièce à l’avant du pied peut être découpée à la scie d’un seul tenant si on se sent assez sur de soi pour aller bien droit.

Etape 5 :
A la râpe on égalise les semelles en faisant disparaître les traits de scie bien à plat. On égalise ensuite les bords des socques qui sont restés bruts de découpage. On poursuit l’opération à la lime plus douce et éventuellement au papier de verre. Profitez en pour casser les angles, ça vous évitera de générer des échardes par la suite.

 
 
 
 
 


Passez l’ensemble à l’huile de lin plusieurs fois en laissant bien boire entre chaque passage.

 
 

Etape 6 :
On repère l’emplacement des sangles qui prennent le coup de pied. Une sangle doit être fendue dans sa largeur pour accueillir la languette. Prenez donc soin de réserver assez de matière quitte à réduire par la suite.
Positionnez vos sangles avec les punaises pour tester.
Une fois l’emplacement défini, faites un repérage.
Fixez vos sangles avec les clous. N’hésitez pas à faire des avant trous ce qui évitera au bois d’éclater. Limez éventuellement les têtes des clous si elles dépassent de trop.

 
 
 
 
 

 

Etape 7 :
Mettez votre pied sur la socque et repérez au crayon l’endroit où il faudra fendre la sangle. Visez le milieu du coup de pied d’une manière générale. Ajustez ensuite votre languette et la largeur de la découpe.


Une fois la languette bien ajustée il faut pouvoir la bloquer. A cet effet il suffit de coudre un petit bouton de cuir qui viendra se bloquer derrière la fente et empêchera la languette de « filer ».

Coupez les morceaux de languette en trop, huilez votre cuir, c’est terminé.


Maintenant vous pouvez courir dans les champs en socques et avec vos moutons, la vie est belle non ?

 

Bouchard

 

Les Guerriers du Moyen-Age
www.guerriersma.com