Réalisation de socques typées XIIIe siècle

Qu'est-ce que les socques ?

  • Socques vézelay

Les socques sont des semelles de bois que l’on fixe à ses chaussures usuelles au moyen de sangles. Elles permettent ainsi de limiter l’usure des semelles en cuir, de s’isoler de l’humidité et du froid. Elles constituent donc un accessoire de confort avant tout utilitaire.
On en trouve globalement assez peu de représentations dans l’iconographie et la statuaire.

Pour cette réalisation je me suis basé sur la statuaire de l’église de Vézelay qui montre 3 personnages portant des socques de hauteurs différentes. A l'a nalyse ce sont certaionement des guerriers arméniens. Néanmoins on retrouve les socques qu'ils portent sur plusieurs représentations moins typées, ce qui en valide le principe.

Socques - angers 1250-1275

Socques XIIIeme-Angers 1250-1275

socques Angers 1250 - 1275
Angers - 1250-1275

L’ouvrage « shoes and pattens » (chaussures et socques) propose plusieurs pièces de fouille.
Globalement on remarque qu'au XIIeme et au XIIIeme les patènes ont la forme plutôt ubiquiste. Elles sont en une seule partie, épousent le contour du pied et peuvent être légèrement pointues.
La semelle de bois comporte deux « tampons » au niveau des appuis du pied. L’un est situé sous le talon, l’autre est situé à l’avant du pied.
Visiblement il n'y a pas de sangles au niveau talon, mais seulement au niveau du coup de pied.
J’ai retenu pour ces réalisations une hauteur de 5 cm environ qui reste crédible au regard des sources et permet d’éviter de se tordre les chevilles…
Le bois utilisé sur ces modèles est du chêne.

Ce dont vous avez besoin pour cette réalisation : 

  • Une planche de chêne ou de bois assez dur.
  • Des gros clous de charpente ou des clous de forge (une bonne douzaine).
  • Du cuir de 2mm environ pour les lanières.
  • Scie, cutter, crayon de bois, maillet, ciseau à bois, quelques punaises, du fil de lin poissé, une aiguille à bout rond pour le cuir, de l’huile de lin, un pinceau.


 

Etape 1 : Le tracé

  • Socques
  • socques

Sur le bois, dessiner l'empreinte des chaussures. S'assurer de laisser du gras sur les bords.
Procéder ensuite à la découpe des formes obtenues. Attention, il faut prendre soin de tracer la forme avec la longueur du pied dans le sens du fil du bois ou légèrement en biais pour éviter les fentes. 
Tracer ensuite la zone à dégraisser sous le coup de pied (partie hachurée sur la photo).

Etape 2 : Le dégraissage

Faire des traits de scie à la profondeur de la zone à dégraisser.
Faire ensuite sauter les bandes de bois au ciseau.
Dégrossir à la râpe, puis à la lime pour terminer.
Poncer au papier de verre et passer le bois à l'huile de lin jusqu'à saturation.

Etape 3 : Les sangles

Découper les sangles dans du cuir tanné végétal. Elles doivent passer sur le coup de pied et se fixer latéralement sur la socque.
Faire des essais avec un bout de tissus qui sera punaisé sur le bois. Une fois la bonne forme obtenue et le bon positionnement, procéder à la découpe.
Les pièces de cuir seront clouées. Ici des clous de forge retaillés ont été utilisés.
Sur ce modèle le bloquage de la sangle se fait par un simple bouton de cuir.

14 ans plus tard...

  • socques XIII

Après 14 ans de bons et loyaux services il est intéressant de voir comment les socques ont vieilli.
Le cuir a foncé sous l'effet des graissages successifs et des UV. Il reste de très bonne qualité.
Les semelles accuse une certaines usure visible sur les patins qui se sont arrondis.
Les socques non seulement préservent les semelles des chaussures, mais aussi isolent du froid et de l'humidité. Cet accessoire est parfaitement fonctionnel et rempli son office.

Avec un peu d'entraînement il est possible de marcher normalement. Certaines pièces archéologiques sont dotées d'un patin en fer ou de 3 patins au lieu de deux comme sur n otre réalisation.

Bibliographie :  "Shoes and Pattens" ISBN 0851158382 pages 91 et suivantes.
  

Mise en situation